Les loups en Ontario

Plus d'information

Loups de l'Est
Figure 1. Loups de l'Est.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On trouve des loups (Figure 1) un peu partout en Ontario, dans une région qui s'étend plus ou moins de la frontière septentrionale du Bouclier canadien vers le nord jusqu'aux basses-terres de la baie d'Hudson (Figure 2).

 

Il existe deux espèces de loups en Ontario : le loup gris qui vit dans les régions boréales et arctiques de la province, et le loup de l'Est qui vit, lui, dans les forêts de conifères et les forêts mixtes (conifères et feuillus) du centre et du nord de la province.

Aire de répartition des loups en Ontario
Figure 2. Aire de répartition des loups en Ontario (en gris).

 
 

Les coyotes, cousins du loup, cohabitent bien avec les humains et on les trouve fréquemment dans les régions développées et les régions agricoles du sud et du nord de l'Ontario. Là où les aires de répartition des loups de l'Est et des coyotes se chevauchent, les croisements compliquent la distinction entre les loups de l'Est et les coyotes, et on peut facilement les confondre.

 

Le présent rapport procure de l'information sur la situation actuelle des loups en Ontario, les éléments qui ont une influence sur eux, et les mesures actuellement prises par la province pour aider à garantir la bonne santé à long terme des populations de loups.

 

 

Meutes et reproduction

 

En règle générale, les loups vivent en meute dont la taille varie entre 2 et 9 loups, même si

l'on a déjà dénombré en Ontario une meute composée de 19 loups, soit la plus importante du

genre. La grandeur du territoire de la meute dépend de la présence de proies dans cette zone.

En Ontario, la taille des territoires observés varie entre 100 et 1 100 kilomètres carrés.

 

Généralement, les louves sont en âge de se reproduire pour la première fois vers l'âge de 2

ans, et les loups vers l'âge de 2 ou 3 ans. Habituellement, seuls s'accouplent la femelle et le

mâle dominants dans chaque meute. La période de reproduction dure de la fin janvier jusqu'au

mois de mars, et elle est à son apogée vers la mi-février ou la fin février. Environ 63 jours

après l'accouplement, la femelle donne naissance à une portée composée de trois à huit

louveteaux, d'habitude vers la mi-avril ou la fin avril. Les petits naissent dans des tanières

creusées dans des trous dans le sol, dans des cavernes rocheuses, des troncs creux, ou encore

dans des huttes de castor.

 

En fonction de la nourriture disponible, ce sont entre 40 et 70 pour cent des louveteaux qui

survivent la première année. La plupart des loups finissent par quitter la meute où ils sont

nés en quête d'occasions de former leur propre meute ou de se joindre à une autre meute. L'âge

auquel ils quittent leur meute d'origine varie entre 5 mois et 5 ans, selon la présence de

proies pour se nourrir et les possibilités de se reproduire.

 

 

Les loups contribuent à façonner les écosystèmes

 

Le rôle que jouent les loups au sein de l'écosystème est complexe et n'est pas encore tout à

fait bien compris. Leur présence dans les forêts de l'Ontario est le signe d'un milieu sain qui

fonctionne bien et qui est propice à la biodiversité. Les loups chassent les mammifères, en

particulier le cerf de Virginie, l'orignal, le caribou des bois, le wapiti et le castor.

 

Les loups aident, entre autres, à :

  • aider à conserver un équilibre au sein des populations de proie grâce à la prédation des animaux malades ou faibles ainsi qu'à celle des animaux en bonne santé
  • stimuler la reproduction des populations de proies, et
  • fournir de la nourriture aux charognards.

 

Le document d'information sur la stratégie pour la conservation des loups en Ontario (seulement anglais) contient plus d'information sur l'écologie des loups en Ontario.

 

 

Les loups sont synonymes d'avantages économiques et sociétaux

 

Grâce à l'écotourisme, la chasse et le piégeage du loup, les photographies des animaux

sauvages, etc., les loups génèrent des possibilités économiques et sont synonymes d'avantages

sur le plan social et culturel pour la population de l'Ontario.

 

Les revenus annuels provenant de la pelleterie varient d'année en année en fonction de la

demande et de la qualité des peaux. En 2005-2006, le revenu brut de l'Ontario, basé sur le prix

moyen des peaux de loups, approchait 20 000 $. Des revenus supplémentaires proviennent des

répercussions économiques directes et indirectes des prises et de la vente au détail d'articles

confectionnés en fourrure.

 

Les loups sont souvent décrits dans la littérature, les médias et les arts en Ontario, et de

nombreux citoyens ont appris à apprécier les loups en tant que symbole culturel du paysage

naturel de la province. Les loups ont également une importance culturelle pour de nombreux

groupes autochtones de la province. Dans la culture autochtone, les loupes représentent la

loyauté, la coopération, l'amour et la protection de la famille et de la communauté, et leurs

peaux servent souvent à la confection de tenues de cérémonie.

 

 

Ce rapport est disponible en PDF