Biologie et gestion du dindon sauvage

 

Histoire du dindon sauvage en Ontario

 

Wild turkey releaseLe dindon sauvage de l'Est (Meleagris gallopavo silvestris) est indigène de l'Ontario et était autrefois présent dans le Sud de la province. Il a disparu de l'Ontario en 1909 en raison d'une chasse non contrôlée et du défrichement des forêts du Sud de l'Ontario pour l'agriculture.

 

Les premières tentatives pour réintroduire le dindon sauvage en Ontario à partir d'oiseaux élevés en enclos ont échoué. En 1984, le gouvernement de l'Ontario a commencé à collaborer avec des organismes partenaires pour réintroduire l'espèce en utilisant des oiseaux sauvages capturés dans plusieurs États américains. Ces efforts ont été fructueux et ont permis d'accroître le nombre de dindons sauvages en Ontario et d'élargir le territoire de l'espèce. Le gouvernement de l'Ontario a commencé, au cours de l'hiver 1986-1987, à capturer des dindons sauvages en Ontario pour les remettre en liberté à des endroits où l'espèce n'était pas présente à ce moment-là. Le dindon sauvage a également continué à étendre naturellement son territoire. L'hiver 2004-2005 est la dernière fois que des dindons sauvages ont été relâchés en Ontario.

 

Biologie

 

Le dindon sauvage de l'Est vit dans des forêts et près de celles-ci. La nuit, il juche sur des branches d'arbres, sauf pour les femelles lorsqu'elles couvent leurs œufs et prennent soin de leurs petits.

 

 

Faits intéressants au sujet du dindon sauvage
 

Wild turkey nest with eggs
  • Le mâle adulte porte le nom de dindon et la femelle adulte celui de dinde. Mâle ou femelle, le petit est appelé dindonneau.
  • Le mâle adulte pèse en moyenne 8,6 kg (19 lb) et la femelle adulte, environ 4,5 kg (10 lb).
  • Plusieurs colorations atypiques ont été observées dans le plumage du dindon sauvage. Ce sont, entre autres, les couleurs noire, rouge brique et blanc grisâtre. Elles peuvent être présentes sur une partie ou la totalité du plumage.
Wild turkey poult
  • Il faut à une femelle autour de 12 à 15 jours pour pondre toute une couvée. L'incubation dure de 26 à 28 jours.
  • La femelle n'aime pas être dérangée lorsqu'elle pond et couve ses œufs. Elle peut abandonner son nid si elle est incommodée.
  • Le dindonneau passe environ les deux premières semaines de sa vie au sol sous la protection de sa mère. Au bout d'environ deux semaines, lorsqu'il peut voler sur de courtes distances, il juche la nuit dans des arbres ou arbustes.

 

En Ontario, la femelle niche aussi tôt au printemps qu'en avril. Elle choisit généralement, pour son nid, un endroit dissimulé. Elle creuse pour son nid une petite excavation qu'elle garnit parfois d'herbes ou de feuilles. La femelle adulte pond généralement chaque année de 10 à 12 œufs pour sa première couvée. Si sa première couvée est détruite, elle peut tenter d'en avoir une deuxième, qui est alors souvent plus petite que la première. Certaines nidifications tardives peuvent se prolonger jusqu'en août en Ontario et plus tard encore dans les parties sud de l'aire de répartition du dindon sauvage en Amérique du Nord.

 

Lorsqu'il ne meurt pas au cours des quelques premières semaines après sa naissance, le dindon sauvage peut compter vivre de un à deux ans, quoiqu'on ait recensé des individus âgés de plus de dix ans. La prédation est une cause de mortalité naturelle et importante. Le dindon adulte peut être la proie du coyote et du renard, et parfois celle d'autres mammifères, dont le raton laveur, et d'oiseaux prédateurs comme le grand-duc d'Amérique. De nombreux prédateurs, parmi lesquels la mouffette, les serpents et le corbeau, mangent les œufs et les dindonneaux. Les dindons sauvages et leurs petits qui vivent près des êtres humains sont parfois tués par des chiens et des chats.

 

Le régime alimentaire du dindon sauvage est très varié et comprend des aliments comme les glands, les graines, les raisins sauvages, les framboises, les plantes vertes, les insectes et les escargots. Dans les zones où l'agriculture a remplacé ses habitats naturels, le dindon sauvage se nourrit aussi de semences, de fourrage et de petits fruits. Les dindonneaux se nourrissent presque exclusivement d'insectes durant les premières semaines de leur vie.

 

Le dindon sauvage a la vue perçante et l'ouïe fine, mais semble avoir un odorat mal développé.


Habitat et territoire

 

Wild turkey in the snowD'après des documents historiques, le dindon sauvage de l'Est aurait été vu dans des forêts, des savanes et même des prairies. Depuis sa disparition de nombreux endroits de son aire de répartition dans l'Est de l'Amérique du Nord à la fin des années 1800 et au début des années 1900, sa présence se limite aux vastes zones ininterrompues dans des forêts de feuillus. Les activités de réintroduction de l'espèce ont permis de confirmer que le dindon peut s'adapter à toutes sortes d'habitats, pourvu qu'il y trouve quelques zones boisées.

 

Les relevés montrent que l'habitat idéal du dindon sauvage est composé de 50 % de forêt et de 50 % d'espace ouvert (p. ex., une zone d'herbages naturelle ou un champ agricole). Cette combinaison lui procure de la nourriture naturelle, des endroits où se percher, des sites de nidification, un habitat pour couver et élever les petits, et un supplément de nourriture en hiver grâce aux céréales laissées sur les champs agricoles après les récoltes. Le dindon sauvage est capable de franchir de longues distances pour trouver les ressources dont il a besoin. En général, toutefois, il réussit mieux lorsqu'il trouve tout ce dont il a besoin au sein d'un petit territoire.

 

Un bon couvert pour la couvaison et l'élevage des petits est ce dont le dindon sauvage a le plus besoin. Les dindonneaux, particulièrement au cours des trois à quatre premières semaines après leur naissance, ont besoin d'un habitat situé sous un bon couvert, dont le sol est dégarni (pour faciliter les mouvements) et qui est riche en insectes. L'absence d'un tel habitat limite parfois ce qui autrement serait un bon territoire pour l'espèce.

 

Le dindon sauvage s'adapte au fur et à mesure qu'il étend son territoire vers le nord, mais une neige épaisse et un froid glacial l'empêchent de s'établir à certains endroits. Les hivers rigoureux peuvent aussi réduire sa population dans certaines parties de son territoire.  Voir la carte: Aire de reproduction connue du dindon sauvage en Ontario


Gestion

 

Le succès des populations du dindon sauvage repose tout particulièrement sur le taux de survie et le taux de reproduction des femelles. Les populations bien établies peuvent beaucoup fluctuer d'une année à l'autre. La prédation, la chasse et les hivers rigoureux sont parmi les facteurs pouvant diminuer le taux de survie des adultes. La prédation et les printemps incléments peuvent aussi baisser le taux de reproduction.

 

Wild turkey harvestDans le Plan de gestion du dindon sauvage de l'Ontario, les objectifs pour les populations du dindon sauvage consistent d'une part à gérer les populations dans le Sud de la province pour qu'elles restent robustes et, d'autre part, à fournir des possibilités pour la chasse au dindon sauvage aux endroits où celles-ci existent dans les zones plus au nord.

 

Les règlements de la chasse qui établissent les périodes quand la chasse est permise, le nombre maximum de prises autorisé et les armes à feu autorisées visent à protéger l'espèce contre une chasse abusive. En outre, le fait que l'accès aux terres privées est restreint en Ontario réduit le nombre de chasseurs à certains endroits, ce qui peut réduire le nombre de prises.

 

La première chasse printanière au dindon sauvage en Ontario a eu lieu en 1987. Le nombre d'unités de gestion de la faune ayant une chasse printanière au dindon sauvage a beaucoup augmenté par la suite. La première chasse automnale des temps modernes en Ontario a eu lieu en octobre 2008.

 

Les règlements ontariens de la chasse au dindon sauvage sont publiés dans les éditions annuelles du Résumé des règlements de la chasse (voir la page Web des renseignements sur la chasse en Ontario). Les personnes dont la chasse au dindon sauvage a été fructueuse doivent déclarer leur prise en composant le 1 800 288-1155. Elles doivent remettre cette information au plus tard à midi le lendemain de leur prise.