Impacts Du Changement Climatique Sur Les Ressources Naturelles

Le changement climatique a des répercussions sur les ressources naturelles de notre province – ses forêts, son eau, ses poissons et sa faune.

Renseignez-vous davantage sur les répercussions connues et potentielles du changement climatique sur les ressources naturelles de l’Ontario :

Map


La biodiversité

Les terres humides

Les forêts

L’eau

Les pêches

La faune

La socioéconomie

Les parcs et les zones protégées

 

Le Grand Nord


La biodiversité

 

Monarque
Monarque

La biodiversité, c’est la variété de la vie sur la terre. Elle comprend tous les êtres vivants et les moyens dont ils interagissent entre eux et leur environnement. Le changement climatique représente une menace à la fois pour les écosystèmes naturels et le bien-être des humains parce que les changements sur le plan de la température et des régimes de précipitation peuvent être la cause d’hivers plus doux, de tempêtes, d’inondations et de sécheresses.

 

 

En Ontario, le changement climatique peut affecter la biodiversité de plusieurs façons.
• Il se peut que la composition, la structure et la fonction des écosystèmes soient modifiées.
   On prévoit que les aires de répartition géographiques des plantes et de la faune se déplaceront vers
   le nord au fur et à mesure que la température augmentera.
• Il se peut que les espèces en péril et les habitats isolés soient les plus sensibles aux changements.
• Il se peut que la diminution de la superficie des champs de glace et que la modification des dates de la
   prise des glaces et de leur débâcle affectent l’approvisionnement en nourriture
   de la vie aquatique et modifient les habitudes de frai des poissons.
• Il se peut que la modification de la température de l’air et de l’eau crée des conditions plus favorables
   pour les maladies et les espèces invasives, ce qui créera des pressions sur les espèces indigènes de
   la région.

 

Renseignez-vous davantage sur les liens qui existent entre le changement climatique et la biodiversité - PDF 277 Mo

 

Le rapport scientifique suivant explore les impacts du changement climatique sur la biodiversité des écosystèmes terrestres de l’Ontario :
The Known and Potential Effects of Climate Change on Biodiversity in Ontario's Terrestrial Ecosystems: Case Studies and Recommendations for Adaptation (2007)(Publié en anglais seulement.) Résumé en français

 

Retour au menu   Retour à la carte


Les terres humides

 

Fen près de North Bay
Fen près de North Bay

L’Ontario contient plus d’un quart des terres humides au Canada et 6 % des terres humides au monde. Les terres humides contribuent à réduire les effets du changement climatique et captant et en emmagasinant le carbone. Un climat en évolution modifiera les terres humides et pourrait avoir des répercussions sur les espèces animales et végétales qui y vivent.

 

 

 

En Ontario, le changement climatique peut affecter les terres humides de diverses façons.
• Il se peut que des changements sur le plan des précipitations et l’augmentation
   de la température modifient les systèmes hydrographiques des terres humides et causent des
   inondations et des sécheresses.
• Lorsque les précipitations sont plus abondantes, les terres humides peuvent
   augmenter en nombre ou en superficie.
• Lorsque les précipitations sont moins abondantes et que l’évaporation est plus importante en
   raison de températures plus élevées, les terres humides peuvent sécher ou disparaître.
• Si les terres humides s’assèchent, il se peut que les plantes qui vivent dans leurs parages se
   déplacent. Par exemple, les marais pourraient ressembler davantage à des maré
   cages si des plantes ligneuses viennent s’y installer.
   On s’attend aussi à ce que les oiseaux soient affectés par ces changements.
• La perte ou la dégradation des habitats de terres humides et de l’approvisionnement en nourriture
   pourrait provoquer le déclin des populations d’espèces qui dépendent des terres humides, comme
   le grèbe à bec bigarré.

 

Poursuivez votre lecture sur le changement climatique et des terres humides

 

Retour au menu   Retour à la carte


Les forêts

 

Incendie de forêt, Thunder Bay
Incendie de forêt, Thunder Bay

Le ministère des Richesses naturelles travaille en collaboration avec de nombreux partenaires pour prendre soin des forêts de l’Ontario et les gérer. Les forêts ontariennes recouvrent plus de 712 000 km2 et représentent 2 % de toutes les terres forestières sur la Terre. Le changement climatique aura aussi d’importantes répercussions sur les écosystèmes forestiers de l’Ontario. Les forêts jouent aussi un rôle important en ce qui concerne l’atténuation du changement climatique en emmagasinant et en séquestrant le carbone.

 

 

En Ontario, le changement climatique pourrait affecter les forêts de plusieurs façons.
• Il pourrait y avoir une plus grande occurrence de flambées de maladies et d’infestations d’insectes.
• Le stress accru que subissent les arbres pourrait nuire à la croissance et à la productivité des forêts.
• Si les forêts sont plus sèches, les incendies de forêt seront plus intenses et plus fréquents.
• Il se peut que des essences d’arbres locales soient moins bien adaptées aux conditions de leur milieu
  au fur et à mesure que le climat évolue et qu’elle ne puisse migrer aussi rapidement que les conditions
  climatiques, ce qui modifierait leur répartition.
• Les forêts endommagées et en mauvaise santé sont moins efficaces lorsqu’il s’agit de séquestrer
  le carbone.
 

 

Vous trouverez dans les rapports suivants plus de renseignements sur les effets du changement climatique sur les forêts de l’Ontario et sur ce que font le ministère et nos partenaires pour en réduire les impacts.
•Ontario's Forests and Forestry in a Changing Climate CCRR-12 (Publié en anglais seulement.)
  Résumé en français
Forest Research Information Paper No. 143: The Impacts of Climate Change on Ontario’s
  Forest - PDF 1.2 Mb (Publié en anglais seulement.)

 

Retour au menu   Retour à la carte


L’eau

 

Route fermée pour cause d’inondation
Route fermée pour cause d’inondation

Les plus de 250 000 lacs ontariens (y compris les Grands Lacs) couvrent environ 17 % de la superficie de l’Ontario, soit 181 153 km2. Le changement climatique a des répercussions sur l’équilibre hydrique de la Terre et pourrait affecter l’approvisionnement en eau à l’usage des êtres humains. Le changement climatique pourrait aussi provoquer des phénomènes météorologiques violents et des dangers liés à l’eau comme les inondations, la sécheresse et la dégradation de la qualité de l’eau.

 

 

En Ontario, la baisse des niveaux d’eau pourrait signifier :
• Un approvisionnement en eau plus faible destiné aux usages domestiques, agricoles, commerciaux
  et industriels.
• Une augmentation de la demande pour le réacheminement et le transfert d’eau en vrac
  (à l’échelle internationale, nationale et provinciale).
• Une augmentation des conflits entre les utilisateurs d’eau. Un affaiblissement de la capacité
  de production d’hydroélectricité pendant les périodes de pointe.
• Une diminution de l’accès aux cours d’eau, ce qui se traduirait par la modification de
  l’exploitation maritime et des routes de navigation.
• La perturbation du débit de l’eau aux structures de contrôle des eaux (barrages, etc.).
• La dégradation de la qualité de l'eau (augmentation des microorganismes).

 

Lire la suite au sujet du changement climatique et les ressources en eau de l’Ontario - PDF 875 Ko

 

En Ontario, la hausse des niveaux d’eau pourrait signifier :
• Un risque plus élevé d’inondations (un plus grand nombre de dangers pour la santé publique).
• L’augmentation de l’érosion et des dommages aux rives.
• L’augmentation des défaillances d’infrastructure (routes, ponts, etc.).
• La dégradation de la qualité de l’eau (en raison d’une augmentation de l’écoulement et des débris).

 

Les rapports suivants fournissent plus de détails et de renseignements sur le changement climatique et les lacs et rivières de l’Ontario :
  •Potential Changes in Future Surface Water Temperatures in the Ontario Great Lakes as a
   Result of Climate Change CCRN-7 (Publié en anglais seulement.) Résumé en français

 

Retour au menu   Retour à la carte


Les pêches

 

Saumon quinnat
Saumon quinnat

Chez la plupart des organismes aquatiques, la croissance et la reproduction sont très influencées par la température de l’eau. Les poissons, par exemple, peuvent être séparés en catégories selon s’ils sont plus à l’aise dans l’eau froide, dans l’eau tempérée ou dans l’eau chaude. Les modifications de la température de l’eau provoquées par le changement climatique pourraient faire en sorte que certaines rivières et certains lacs ne soient plus adéquats pour les espèces de poisson qui y habitent actuellement.

 

 

En Ontario, le changement climatique pourrait affecter les pêches de plusieurs façons.
• L’augmentation de la température des lacs pourrait se traduire par le remplacement d’espèces d’eau
  froide, comme le touladi, par des espèces d’eau tempérée comme la perchaude et l’achigan à
  grande bouche.
• La répartition et la taille de certaines espèces de poisson pourraient subir des transformations
  importantes si ces poissons sont remplacés par des espèces plus tolérantes à
  la température.
• Dans certains cas, il se peut que des espèces menacées ou en voie de disparition comme l’esturgeon
  disparaissent complètement.
• Les modifications prévues sur la composition du phytoplancton et du zooplancton et leur
  approvisionnement – le phytoplancton et le zooplancton sont la principale source de nourriture des
  espèces à la base de la chaîne alimentaire – pourraient favoriser certaines espèces au détriment
  d’autres. Ceci se traduirait par une redistribution des organismes qui forment les communautés
  aquatiques de plusieurs rivières et ruisseaux de l’Ontario.
• Ces types de changements créent des conditions plus favorables pour des espèces envahissantes
  comme les moules zébrées et le gobie à tache noire et pour des maladies des poissons
  comme la septicémie hémorragique virale (SHV).

 

Les rapports suivants fournissent plus de détails et de renseignements sur le changement climatique et les poissons et les pêches de l’Ontario :
•A summary of the effects of climate change on Ontario's aquatic ecosystems - CCRR11 (Publié en
  anglais seulement.) Résumé en français
•Regional Projections of Climate Change Effects on Ontario Lake Trout (Salvelinus namaycush)
  Populations CCRR–14 (Publié en anglais seulement.) Résumé en français
•Key Ecological Temperature Metrics for Canadian Freshwater Fishes CCRR17 (Publié en anglais
  seulement.) Résumé en français

 

Retour au menu   Retour à la carte


La faune

 

Caribou des bois
Caribou des bois

L’Ontario abrite actuellement un vaste éventail d’espèces sauvages. L’aire qu’occupe une espèce en particulier subit les influences de divers facteurs, dont le climat, les conditions météorologiques et la concurrence. Lorsqu’un habitat faunique se modifie ou disparaît, l’espèce qui en dépend doit trouver de nouveaux moyens pour survivre.

 

 

 

 

En Ontario, le changement climatique pourrait affecter la faune de plusieurs façons.
• Certaines espèces seront forcées de se déplacer vers le nord pour y trouver un habitat plus favorable
  alors que les aires de répartition d’espèces plus au sud se rétréciront en raison d’une présence
  accrue de parasites et d’une plus grande concurrence.
• Alors que certains animaux migrent et s’adaptent avec succès, les espèces qui ont besoin d’une
  fourchette étroite de température et de précipitations pour survivre seront plus susceptibles au
  déclin ou à la disparition.
• Les modifications climatiques peuvent avoir des répercussions sur la reproduction, la prédation, la
  survie et le taux de maladie chez les espèces fauniques ainsi que sur l’approvisionnement en aliments
  et en habitat. Par exemple, les oiseaux chanteurs migrateurs peuvent être affectés par un décalage
  entre la date d’arrivée à leurs aires de reproduction et le moment où leurs sources d’alimentation
  dont ils ont besoin pour le succès de leur reproduction sont accessibles.

 

The Known and Potential Effects of Climate Change on Biodiversity in Ontario's Terrestrial Ecosystems: Case Studies and Recommendations for Adaptation CCRR-09 (Publié en anglais seulement.)
Résumé en français

 

Retour au menu   Retour à la carte


La socioéconomie

 

La pêche sur le lac Ste-Nora
La pêche sur le lac Ste-Nora

En plus de ses impacts sur les écosystèmes de la planète, le changement climatique va toucher notre quotidien de bien des façons, dont notre santé et nos activités de loisir. La plupart des activités touristiques et récréatives en Ontario sont influencées par les conditions météorologiques, surtout les loisirs axés sur la nature. Le changement climatique peut s’accompagner de phénomènes météorologiques violents comme les canicules, les grands vents et une mauvaise qualité d’air peuvent provoquer des problèmes de santé graves chez la population ontarienne.

 

En Ontario, le changement climatique pourrait avoir de nombreuses répercussions sur le plan socioéconomique.

 

  • Répercussions sur le tourisme et les loisirs :
   • On prévoit que le tourisme et les loisirs associés au temps chaud (comme le camping, le canotage
      et le golf) vont s'amplifier et que certains loisirs d'hiver (comme la pêche sur la glace,
      le ski et la motoneige) vont disparaître dans certaines parties de l'Ontario.

   • On prévoit que le nombre de visiteurs dans les parcs augmente alors que la saison touristique
      chaude se prolonge, commençant plus tôt au printemps et se terminant plus tard à l’automne.

 

  • Parmi les répercussions sur la santé humaine, il y a les suivantes :
   • Il se peut que le nombre de blessures augmente en raison de l'accroissement des phénomènes
      météorologiques violents comme les inondations et les tempêtes de vent.
   • Les individus seront exposés à un risque accru d'élévation excessive de la température corporelle
      en raison de canicules plus fréquentes et plus prolongées.
   • Il se peut qu'il y ait un risque accru d'exposition à des maladies infectieuses et à des parasites
      (p. ex., la maladie de Lyme), ainsi qu'à des maladies d'origine alimentaire.

 

Pour en savoir plus sur les façons dont le tourisme et les loisirs en Ontario pourraient être touchés par le changement climatique, nous vous invitons à lire les rapports suivants.
  • Climate Change Research Report 08: Climate change and nature-based tourism, outdoor
    recreation, and forestry in Ontario: Potential effects and adaptation strategies
    (Publié en anglais seulement). Résumé en français
  • Climate Change and Recreational Fishing CCRR-04 (Publié en anglais seulement.)
     Résumé en français
 

 

Pour en connaître davantage sur les effets connus et potentiels de maladies et de parasites associés au changement climatique, lire le rapport suivant :
Forest Research Information Paper No. 154: A Synopsis of Known and Potential Diseases and
   Parasites Associated with Climate Change - PDF 5.2 Mb

To learn more about Lyme disease and its treatment and prevention, visit the Ministry of Health and Long-Term Care website.

 

 

Retour au menu   Retour à la carte


Les parcs et les zones protégées

 

Terrain de camping, parc Algonquin
Terrain de camping, parc Algonquin

Outre la protection de la nature, les parcs et les zones protégées se prêtent à des activités de loisir, à des travaux de recherche scientifique et à des utilisations traditionnelles. On a déterminé que le changement climatique est un facteur de stress considérable qui pourrait avoir diverses incidences sur ces valeurs et activités.

 

 

 

En Ontario, le changement climatique pourrait affecter les parcs et les zones protégées de plusieurs façons.
• De nombreuses zones protégées ont été créées pour protéger des caractéristiques représentatives,
  des écosystèmes et des espèces. Au fur et à mesure que les écosystèmes se déplacent et se
  modifient sous les effets du changement climatique, certains de ces écosystèmes pourraient se trouver
  hors des limites des zones protégées.
• Il se pourrait donc que nous devions modifier la façon dont nous choisissons et concevons les zones
  protégées futures pour que les espèces et les écosystèmes puissent mieux migrer en réaction
  au changement climatique.
• Les tendances sur le plan des activités récréatives pourraient aussi être modifiées.
  Des activités estivales comme le camping et la baignade pourraient être touchées.
  Les activités printanières et automnales pourraient gagner en popularité. Il pourrait y avoir moins
  d'occasions de s'adonner à des activités hivernales, parce que l'hiver serait plus court
  et la couverture de neige, moins sûre.
• Les zones protégées subiront des changements qui toucheront d'autres aires naturelles, dont les
  perturbations naturelles comme les incendies de forêt, les infestations d'insectes, les violentes
  tempêtes et les inondations; l'abaissement du niveau des eaux (particulièrement le long des rives des
  Grands Lacs); l'accroissement du nombre d'espèces envahissantes, dans les cours eaux
  comme sur terre; la diminution du nombre d'habitats pour les espèces de poissons qui ont besoin d'eaux
  froides pour survivre.

 

Le rapport suivant fournit plus de détails et de renseignements au sujet de certaines zones protégées de l'Ontario :
• Climate Change and Ontario's Provincial Parks: Towards an Adaptation Strategy CCRR-06
  (Publié en anglais seulement.) Résumé en français

 

Retour au menu   Retour à la carte


Le Grand Nord

 

Parc provincial Polar Bear
Parc provincial Polar Bear

Le Grand Nord est une partie vaste, relativement peu exploitée et importante de notre province. Les forêts, tourbières et terres humides que comprend le Grand Nord absorbent plus de 12 millions de tonnes de gaz carbonique de l’air chaque année et emmagasinent l’équivalent de 97 milliards de tonnes de gaz carbonique.

 

 

 

 

Le Grand Nord fournit un habitat essentiel à plus de 200 espèces sensibles, dont des espèces en péril comme le caribou des bois et le carcajou, et aux seules populations ontariennes d’ours polaires, de bélugas et d’oies des neiges.

 

Le changement climatique pourrait avoir plusieurs répercussions sur le Grand Nord de l’Ontario.
• Les changements sur le plan de la température et des précipitations seront les plus importants dans la
  partie la plus nordique de l’Ontario. Ces changements se traduiront par des réductions
  de l’humidité du sol, du niveau des lacs et du débit des rivières.
• La diminution de la superficie du champ de glace affecte déjà les populations d’ours polaires dans les
  basses-terres de la baie d’Hudson, provoquant la baisse du taux de succès de reproduction,
  du taux de survie et de l’abondance des populations.
• Les étés plus chauds et plus longs jumelés à des hivers plus chauds et plus courts peuvent mener
  à la perte du pergélisol, ce qui modifierait l’hydrologie de surface et la topographie à l’échelle locale.
  On prévoit que les tourbières pourraient changer de vocation, en passant de puits de carbone
  à sources de carbone alors que le pergélisol, en fondant, émettrait du méthane.
• La croissance et la survie des arbres dans la zone de la forêt boréale nordique pourraient être
  affectées en raison d’un éventail d’effets allant de l’augmentation de la croissance en
  raison d’une saison de croissance plus longue au stress provoqué par la sécheresse. L’épinette noire,
  une essence boréale nordique dominante, est tout particulièrement sensible aux températures
  plus élevées d’une saison de croissance plus longue.
• On prévoit que la durée et l’envergure des incendies de forêt augmenteront.

 

Renseignez-vous davantage sur les effets d’un climat changeant sur les tourbières dans les zones pergélisolées en Ontario.

 

Pour en connaître davantage au sujet des répercussions connues et potentielles du changement climatique sur le Grand Nord, nous vous recommandons de lire le rapport du Comité consultatif scientifique du Grand Nord intitulé “Science for a Changing Far North”. (Publié en anglais seulement.)

 

Le Grand Nord de l’Ontario et les changements climatiques

 

Retour au menu   Retour à la carte